La Bolivie

Publié le par nathalie-16

                   
 
DSCN7241
Pour commencer à vous raconter notre séjour en Bolivie, il faut bien y mettre une musique ! Même si nous n'étions pas sur l'Altiplano.

Préparer un départ de l'autre coté du monde avec deux petits enfants, ne fut pas simple. Mais cela fut un vrai
défi, pour moi. Il faut dire que trop de  choses sont venues en même temps ! Quand nous sommes enfin  partis, nous avons fait un petit détour par l'Argentine, c'est moins cher, mais quelle horreur, autant d'heures dans les avions. Nous sommes arrivés à La Paz, morts de fatigue et seuls au monde dans un endroit qui nous était complètement inconnu. Ce fut ma première déception...on nous avait oubliés.. ou plus exactement le responsable s'était trompé de jour.
Nous avons passé une grosse semaine pour mettre en ordre nos papiers. Puis, nous sommes descendus à Reyes, dans le département du Béni. La Paz est à 4'000 mètres et Reyes à 400 mètres.  A La Paz, nous avons découvert le mal d'altitude, comme le mal de mer, horrible, affreux, tu as juste l'impression de mourir ! Heureusement, il y a le thé de coka. Oui, j'ai bien dit la hoja de coka. Cela n'est pas de la drogue, mais c'est la feuille utilisée correctement. La prochaine fois que tu viens me rendre visite à Genève, je t'offrirai volontiers une tasse de coka.

      Lorsque nos papiers furent en ordre, avec quelques pourboires, nous sommes  partis pour Reyes. A ce moment  les choses se sont un peu, voir même beaucoup compliquées pour moi. Je te donne un exemple simple. La première fois que je suis allée acheter ma viande, je me suis retrouvée devant une moitié de vache. Comment choisir son morceau ? Par la suite, j'ai appris en espagnol, le filet et le faux filet et c'est ce que nous avons mangé pendant nos 4 ans. De plus lorsque je suis allée acheter du pain, j'ai  fait une proposition indécente au boulanger devant sa femme, heureusement nous en avons rigolé, mais pas simple de comprendre la vie, les coutumes et la culture des habitants d'un autre pays.
DSCN7713.JPGNous avons dû attendre une année pour pouvoir avoir le téléphone dans notre maison. Mais j'ai découvert plein de choses et des gens fantastiques. Nous avions une grande liberté dans notre travail à côté de l'église. Pour ma part, j'ai fait du jardin, vendu des légumes, j'ai donné des cours de français, j'ai fait des piqûres et donné  des soins. Nous avions une librairie et la seule photocopieuse du village, bref ce fut une vie intense et nos enfants avaient plein de copains-copines.
Lorsque Jonathan est  allé à l'école il a reçu une mauvaise note de gym, car il avait les ongles sales ! Ne cherchez pas à comprendre, à ce jour, je ne sais toujours pas le pourquoi du comment. Voilà pour aujourd'hui, il y a encore tellement de choses à dire. Depuis notre retour de Bolivie, nous y sommes retournés 3 fois et à chacune de nos visites, c'est la fête et nous y sommes accueillis comme des rois. L'église de Reyes grandit et les chrétiens de Bolivie sont nombreux et portent haut les couleurs de la Parole de Dieu . Une partie de mon coeur reste là-bas.
      A Enzo Savedra, Santa-Cruz        
.
     

Publié dans ma vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article