Un soir dans le Sine-Saloum

Publié le par nathalie-16

Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum
Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum

Lors de notre visite au Sénégal cette fois-ci, nous avons décidé d'aller voir un soir les hyènes dans le Sine Saloum, nous avons donc loué une charrette tirée par un cheval dans notre campement et nous sommes partis en fin de journée dans le parc national.

 

Nous avons fait environ sept kilomètres dans un paysage magnifique, entre salines, mangroves, baobab et divers autres arbres.

Nous sommes arrivés proche d'une rivière et là, notre guide nous a dit de nous installer par terre, nous étions arrivés à notre poste d'observation.

Très rapidement sont arrivés d'autres charrettes, si bien que nous nous sommes retrouvé 7 charrettes au même endroit, ce qui représente une bonne trentaine de personnes, avec plusieurs enfants en bas âges.

L'attente commença, l'attente fut longue, même très longue, alors au bout d'un moment, il était impossible pour certains enfants de rester au calme.

 

Ne voyant pas arriver les hyènes, je me suis mise à observer les différentes personnes au tour de moi.

 

Il y avait une dame, une maman avec ses deux filles, la grande était toute paniquée, car elle venait de recevoir l'information qu'elle devait composer une chanson, oui les paroles d'une chanson ! Pourquoi, je ne le sais pas, j'avais peut-être une future star devant moi. Dans sa conversation avec sa maman, elle demanda encore la permission de pouvoir sortir le samedi soir suivant pour préparer son discours, ce qui lui fut accordé.

Quant à sa sœur, en entendant les Allemands présents parler, elle s’est mise à utiliser tout le vocabulaire allemand, qu'elle connaissait.

 

À ma gauche, se trouvait une famille, avec une fille, calme, tranquille, qui prenait des photos avec l'appareil de son papa, un appareil presque plus grand qu'elle. Le papa, voyant arriver sur lui plusieurs moustiques, décida de se protéger avec son spray, ce qui avec le vent, me permis à moi aussi d'être recouverte de citronnelle.

Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum
Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum
Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum

Quant à la famille allemande, les enfants fessaient que de se taper dessus, ce qui, d'après les guide rendait la situation ingérable et donc impossible de voir arriver les hyènes. Il leur a été demandé de partir. Le papa toujours à ma droite n'en revenait pas de voir des enfants si mal élevés, c'est vrai que sa fille était remarquablement calme et tranquille.

 

Un des garçons allemands, lui a préféré jouer pendant toute l'attente avec son téléphone portable au lieu de scruter les arbres, afin de voir arriver les hyènes que nous attendions depuis plus d’une heure

 

La petite de la famille allemande, a fini par piquer une crise d’hurlement ce qui anéanti le petit espoir qui nous restaient de voir les hyènes.

 

Marlyse, quant à elle, voulait absolument voir des girafes, elles sont arrivées avec la venue d'un couple de français, elles étaient, sur tee-shirt de la dame.

 

Après 90 minutes d’attente nous avons pu assister à un magnifique coucher de soleil, mais pas une hyène à l'horizon.

 

Le couple d'amoureux a craqué en premier, ils sont décidés de repartir.

 

Nous, nous étions persévérants, la nuit était presque là, quand soudain un guide nous informe que des hyènes ne se trouvent pas très loin, alors branlebas de combat, tout le monde est remonté sur sa charrette, une course poursuite c’est engagé entre les charrettes dans la direction indiquée, mais arrive sur place, rien !

 

Il fessait nuit, nous sommes rentrés.

Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum
Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum
Un soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-SaloumUn soir dans le Sine-Saloum
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article