Les rues de Sao-Paulo

Publié le par nathalie-16

 

 

P1010789Et bien, nous commençons nos vacances à Sao-Paulo, ville énorme qui doit avoir plus de 20 millions d’habitants dans le grand Sao-Paulo, car la ville touche les autres villes . Nous pouvons faire 60 kilomètres et nous sommes toujours en ville. Le moindre déplacement prend du temps et le métro est saturé aux heures de pointe.

Ce qui est surprenant dans cette ville, (qui je vous le rappelle va accueillir aussi la coupe du monde de football en 2014). Ce sont les trottoirs et les fils électriques!

3Premièrement, les trottoirs :Le trottoir n’appartient pas à la ville, mais a celui qui a sa maison, son immeuble, sa fabrique, son entreprise qui donne sur la rue. Donc chacun de nous peut être propriétaire d’un bout de trottoir. Et comme propriétaire responsable, je dois l’entretenir, le nettoyer.P1010814

Mais je peux aussi le décorer de plantes, d’arbres, ou d’autres choses. Si je le désire, je peux mettre du carrelage au sol ou du béton, et je vais surtout le mettre au niveau qui me convient pour que ma voiture puisse sortir sans trop de problème.

Alors, nous nous retrouvons dans une drôle de situation en marchant dans les rues, carP1010810 rien n’est au  même niveau et il nous faut être attentif à ne pas s’encoubler, à bine lever les pieds. Je n’ose imaginer une personne à mobilité réduite, il lui est juste impossible de se déplacer en ville sans avoir une voiture.

P1010791Deuxièmement, les câbles et fils électriques : Ici énormément de choses sont encore à la vue de tous. Je veux parler de tout ces fils qui passent dans les rues. Bon cela donne des photos assez sympathiques, mais fait assez drôle à voir. Il faut aussi savoir que les enfants jouent avec des cerfs-volants et que ceux-là se prennent toujours dans ces fameux câbles .

La modernité n’a donc pas encore tout envahi !

  En cas de problème, il faut vraiment des spécialistes pour retrouver le bon câble et le réparer.
P1010845P1010800

 

Publié dans ma vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article