A toi jeune de mon quartier !

Publié le par nathalie-16

Cela fait deux ans que notre coopérative a décidé de te mettre un lieu, un terrain à disposition. Cela c'est fait dans le cadre d'une démarche avec la Ville. Tout a été mis en place pour que tu puisses profiter de cet endroit.

Malheureusement au bout de ces deux ans, notre coopérative s'est retrouvée dans l'obligation de boucler ce terrain, de devoir faire intervenir la police, de renforcer la sécurité. Et cela malgré un immense travail en amont avec les travailleurs sociaux hors murs.

Alors tu vas me dire que ce n'est pas toi, mais la bande de jeunes du bas du quartier, oui c'est vrai en partie, ou la bande de jeunes de l'autre quartier, et là, aussi tu as raison. Mais plus d'une fois les diverses bandes vous vous êtes retrouvées en bas de notre tour, vous étiez combien ! 30 jeunes voire plus, et nous avons pu assister à des empoignades, des interventions assez musclées, des bagarres et des versements de paroles grossières.

En hiver, tu installais tes quartiers dans mon allée, tu nous permettais de pouvoir inhaler les restes de tes joints, et le matin, il nous était possible de finir certaines bouteilles. Tu ne te rendais même pas compte quand tu parlais sous nos fenêtres où nous entendions certaines conversations car le bruit monte, et ta façon de traiter les filles dans tes propos, n'étaient pas toujours glorieuses. Et que dire de tes essais de faire tourner le moteur de ta moto toujours sous nos fenêtres en nous expliquant que tu n'y pouvais rien, mais que cela te faisait même plaisir de nous "emmerder" !

 

A toi jeune de mon quartier !A toi jeune de mon quartier !A toi jeune de mon quartier !

Alors plus d'une fois, pour ma part, j'ai mis de l'ordre dans mon allée avant le concierge, j'ai essayé de rentrer en contact avec certains, j'ai même offert les sandwichs qui me restaient après un match. Je suis aussi venue te demander de baiser la musique, je t'ai demandé de m'aider à retrouver notre vélo qui a été emprunter pour une longue durée. Heureusement pour ma part il est vrai jamais je n'ai jamais été traitée de "fils de pute", mais certains de mes voisins en ont fait la lourde expérience. Et tout cela sans grand succès.

Bien sûr cela n'était pas tous les jours la galère, mais suffisamment souvent pour en arriver là aujourd'hui, et maintenant avec les voitures brulées dans notre quartier, il est fait un amalgame entre tous les jeunes et c'est navrant. Mais là, je laisse la police faire son travail.

Ce qui m'attriste le plus c'est que tu viens de te tirer une balle dans le pied tout seul ! Il est dommage que tu ne puisses pas respecter ton voisin. Je me suis souvent posé la question pourquoi tu ne t'installais pas au parc à côté de chez nous pour écouter ta musique.

Je veux bien pour te défendre que nous, les adultes, nous n'avons pas toujours su te comprendre, qu'ils nous arrivent de poser un jugement trop rapidement, que tu trouves la vie difficile, que si... ou que cela...

Mais le respect des règles de vie de bases tu n'as pas pu les comprendre, ni les intégrer. Au travers de cette fermeture de terrain j'ose espérer que tu te rappelleras que :

 

" ma liberté s'arrête là où commence celle de l'autre."

 

 

Affectueusement

 

 

 

ps1: heureusement la majorité de nos jeunes ne sont pas concernées par mon propos !

ps2: je pense qu'il serai bien que notre coopérative organise une réunion pour tous, pour trouver des solutions ensemble, intergénérationnels.

A toi jeune de mon quartier !A toi jeune de mon quartier !A toi jeune de mon quartier !

Publié dans vie

Commenter cet article