La maladie

Publié le par nathalie-16


Se lever chaque jour à 5 heures du matin fait partie de mon quotidien ! Depuis presque 2 ans, je ne connais plus les lac février 2012 012grâces matinées. Cela est l'effet négatif d'un médicament. Alors ,si d'un côté, je commence mes journées très tôt, d'un autre je peux faire plein de choses et certaines fois les enfants sont surpris d'avoir le repas de midi presque terminé à 8h00 ! Eh oui, il faut bien rentabiliser. Je peux aussi prendre du temps pour méditer la Parole de Dieu ou faire mes 15 km de vélo d'appartement. En ce moment c'est d'actualité avec la pluie.
 Ainsi la perte du sommeil est un des aspects de ma maladie, mais  il y en a bien d'autres.

Mais ce soir, j'aimerais m'arrêter sur certaines réflexions aux quelles je suis arrivée. Donc, j'insiste, ce sont mes réflexions, mon quotidien et surtout pas une généralité.
Comme je l'ai déjà dit, la maladie est un chemin de solitude et de souffrances, mais au milieu de ce chemin, il y a de l'espoir.

"Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui. J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous."

Ces paroles ne sont pas de moi, mais elles se trouvent dans la Parole de Dieu (Rom:8 14-18)

Geneve28-01-05-008.jpgSi la maladie ouvre un véritable chantier existentiel et, comme tout chantier, elle nous force à ralentir ! Elle creuse une abîme d'expériences qu'il nous faut tenter de nommer et de vivre avec. (Francine Carillo).

La maladie, nous place face à notre impuissance,  à notre vulnérabilité. Nous n'avons plus le même regard sur nous, sur ce qui nous entoure, sur ce que nous vivons. En plus, nous devenons dépendants, dépendants des autres pour diverses choses et la maladie nous replace face à la mort ! Cela ne touche pas que les autres, mais moi aussi !
Alors, il faut réfléchir et dans ma situation, j'ai de la chance, je ne suis pas dans une urgence, je peux me permettre de prendre du temps, du temps pour réfléchir. Et oui Janine, j'ai pris le temps !

Si d'un côté Dieu est tout puissant, d'un autre côté, nous sommes malades. Cela est un grand mystère que pour l'instant je ne peux expliquer, mais je crois en la puissance de Dieu dans ma maladie et je le vois chaque jour dans ma vie.
Et les miracles existent encore aujourd'hui et  là aussi, je le vois dans ma vie.

Alors pour ceux qui comprennent l'espagnol, je vous laisse cette chanson, il vous suffit d'aller sur youtube : Rojo, no me soltaras.

Aunque yo este en el valle , De la muerte y dolor , Tu amor me quita todo temor ,Y si llego a estar en el centro ,De la tempestad ,No dudare xq estas aqui

 

Y no temere del mal  Pues mi Dios conmigo esta ,Y si Dios conmigo esta  ¿De quien temer? ¿De quien temer?

 

No,no,no me soltaras ,En la calma o la tormenta ,No,no,no me soltaras ,En lo alto en lo bajo ,No,no,no me soltaras

Dios tu nunca me dejaras

 

Y puedo ver la luz q se acerca  ,Al q busca de ti ,Gloriosa luz cual otra no hay ,Y terminaran tus problemas ,mientras llega el fin ,Viviremos conociendote a ti

 

Y puedo ver la luz q se acerca ,Al q busca de ti ,Y terminaran los problemas ,mientras llega el fin ,Voy a alabarte ,Voy a alabarte

Publié dans la maladie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article