Thyon-Dixence ou l'horreur dans la boue

Publié le par nathalie-16

Partir une fin de semaine pour une course de montagne est toujours un défi pour moi qui me demande un gros effort mais un effort que j'aime relever. En plus ce genre de sortie me donne l'occasion d'observer ce qui se passe autour de moi.

Déjà en attendant le train, il y avait deux dames qui se chicanaient en espagnol, elles ne pouvaient bien sûr pas imaginer que je comprenais mais je devais vraiment me retenir de rire. Puis dans le train j'ai eu droit à toutes les explications sur le chômage en Suisse et à Londres, une jeune fille au téléphone parlait pour la moitié du wagon. Elle travaillait à Londres avant de revenir en Suisse et était au chômage en Suisse car mandatée par une entreprise de la place.

A Sion j'ai pris le bus pour Thyon, j'ai vu un coureur du Kenya qui était avec une dame suisse allemande alors je n'ai pas pu m'empêcher de parler avec eux et de leur laisser ma carte. Le soir, après mettre renseignée sur le net, j'ai constaté que ce n'était pas n'importe qui aux vues de son long pedigree. Par la suite, j'ai appris qu'il est tombé et qu'il a dû abandonner.

Puis, il y avait le chauffeur du bus qui nous a raconté toute sa vie. Arrivé au but j'ai repéré les lieux avant de rejoindre mon petit hôtel, où j'ai reçu un accueil très chaleureux. Il faut dire que cette course fait venir du monde dans la région et que cela fait du bien au village car avec autant de pluie ces derniers jours, certains touristes sont partis. Mais pour nous les coureurs ou les marcheurs on n'a pas trop le choix avec la météo et demain il va falloir juste s'accrocher.

 

samedi, le jour avant, avec du soleilsamedi, le jour avant, avec du soleilsamedi, le jour avant, avec du soleil
samedi, le jour avant, avec du soleilsamedi, le jour avant, avec du soleilsamedi, le jour avant, avec du soleil

samedi, le jour avant, avec du soleil

Donc j'ai participé la course Thyon-la Dixence 16,300 km de course en montagne avec un positif de 700 mètres. Je me suis bien entrainée avant, mais cela n'a pas suffi. Les conditions météo, ont été horribles, pluie, brouillard et la boue ! Il était pratiquement impossible de dépasser et dès que je suis faite rattrapée par l'élite, alors je devais constamment les laisser passer ce qui est normal, mais du coup impossible d'avancer. Je suis incapable de vous décrire le paysage.

Bref, j'ai terminé, mais sans aucun plaisir, déçue non même pas, mais perplexe quant à la suite !

Départ, avec l'arrivée de la pluieDépart, avec l'arrivée de la pluie
Départ, avec l'arrivée de la pluieDépart, avec l'arrivée de la pluieDépart, avec l'arrivée de la pluie

Départ, avec l'arrivée de la pluie

Après la course, comme je ne voulais pas attendre le bus, alors, j'ai fait du stop pour redescendre à Sion et j'ai été prise par un papa et ses deux garçons qui avaient fait la course, bravo à ces jeunes qui ont un avenir prometteur et surtout, merci de m'avoir déposé directement à la gare.

 

Et quel plaisir de revoir le soleil !!

la réalité ! photos de Grégory Clivazla réalité ! photos de Grégory Clivazla réalité ! photos de Grégory Clivaz

la réalité ! photos de Grégory Clivaz

Publié dans Nordic Walking

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lassueur 05/08/2014 18:49

Chapeau, Nathalie ! Pour la course et le blog !